Archive | Rêverie du lundi RSS feed for this section

Lettre au Père Noël : Patrick Bruel

20 Jan

Lettre au Père Noël

« (…) La vie tourne comme un remue-manège
Et les lettres viennent mourir dans la neige;
Et sous les rêves, il y a parfois, des pièges.
La vie tourne et détourne le manège,
Mais voila, tout le monde n’a pas son siège.
Comment on monte et comment on se protège ? (…) »


Patrick Bruel

L’Histoire de la Vie : Le Roi Lion

13 Jan

Le roi Lion

« (…) Tu auras tant de choses à voir
Pour franchir la frontière du savoir;
Recueillir l´héritage
Qui vient du fond des âges,
Dans l´harmonie d´une chaîne d´amour (…) »

L'histoire de la vie

Quand un Amour : Richard Cocciante

6 Jan

Richard Cocciante

« (…) Quand un amour s´en est allé,
Comme j´ai vu s´échapper le mien,
Sans une parole, sans une raison, sans rien;
Tu sens le vide autour de toi,
Ce vide qui pèse dans l´estomac,
Ce vide qui te ferait hurler,
Car tu ne comprends plus rien.

Et tu te fous de tes amis,
Et tu te fous des joies passées,
Tu te fous de boire, de te saouler,
Tu te fous désormais du monde.

Et tu refais tout le chemin,
En cherchant partout la raison,
Mais il n´y a pas de raison,
Parce qu´un amour ne devrait jamais finir.

Alors tu veux changer de peau,
Tu veux changer de nom,
Tu veux changer de ville,
Tu veux changer de vie,
Et tu veux changer le monde;
Et toi, tu sais parfaitement
Que ça ne servirait à rien,

Parce qu´elle est là, parce qu´elle est là,
Parce qu´elle est là, parce qu´elle est là,
Parce qu´elle est là collée à toi,
Parce qu´elle est là au fond de toi,
Parce qu´elle est là quand tu respires,
Et jamais plus tu ne pourras l´arracher.
Et même si tu changeais de peau,
Et même si tu changeais de nom,
Et même si tu changeais de ville,
Et même si tu changeais de vie,
Et même si tu changeais le monde (…) »

Quand un amour

La Lettre : Fred’Angelo

30 Déc

Fred 'Angelo

 » (…) Si j’avais pu connaître
L’immense vérité,
Si dans tes mains secrètes
J’avais pu deviner
Que tous les jours à paraître
Auraient un goût cendré,
J’aurais fui mes ivresses
Pour ne jamais t’aimer.

Si j’avais pu connaître
Tes yeux qui m’imploraient,
Si tes larmes discrètes
M’avaient tout avoué,
Que l’amour est traître et amer
Lorsqu’il n’est pas partagé,
J’aurais fui tes  » Je t’aime « 
Pour ne pas les gagner.

Je voulais t’écrire 
Car tes yeux seul me font frémir.
Mais l’encrier chavire,
La plume pleure, les mots soupirent.
Je ne peux écrire mon amour qui s’en va,
Et m’efface de toi.
Je ne peux me lire,
La feuille a mal à en mourir.

Labyrinthe incessant
Qui habille mes nuits.
Sens unique enivrant,
sans issus, sans abri.
Les semaines s’en lassent
Sans que mes lèvres osent parler.
Pourtant c’est décidé,
Demain je m’en irai (…) »

La lettre

Petit Papa Noël

23 Déc

Papa Noël

« (…) C’est la belle nuit de Noël,
La neige étend son manteau blanc,
Et les yeux levés vers le ciel,
à genoux, les petits enfants,
Avant de fermer les paupières,
Font une dernière prière.

Petit papa Noël
Quand tu descendras du ciel
Avec des jouets par milliers,
N’oublie pas mon petit soulier.

Mais avant de partir
Il faudra bien te couvrir,
Dehors tu vas avoir si froid,
C’est un peu à cause de moi.

Il me tarde tant que le jour se lève
Pour voir si tu m’as apporté
Tous les beaux joujoux que je vois en rêve
Et que je t’ai commandés (…) »

????

L’Horloge Tourne : Mickael Miro

16 Déc

l'horloge tourne

« (…) Un  SMS vient d’arriver, j’ai 25 ans,
Un tsunami a tout emporté, même les jeux d’enfants.
L’horloge tourne, les minutes sont acides
Et moi je rêve que passe le mauvais temps.

Dam dam déo oh oh oh, dam dam déo oh oh oh oh (…) »

 

Mickael MIro

Au Clair de tes Silences : Richard Cocciante

9 Déc

Richard Cocciante

« (…) Au clair de ses grands yeux 
Je n´irai plus dormir; 
Au clair de ses grands yeux 
Je n´irai plus mourir.
Au clair de ses matins 
Où dorment ses soleils ,
Au clair de mon chagrin ,
S´envole l´hirondelle.
Au clair de ses histoires 
Je n´existerai plus;
Au clair de sa mémoire 
Un jour je me suis perdu.

Mais ce qu´elle ne sait pas 
C´est que je l´aime encore,
Mais ce qu´elle n´entend pas 
C´est que je l´aime fort.
Au clair de ses silences 
J´ai brisé mon amour, 
Comme des vagues blanches 
Sur des rochers trop lourds, 
Comme un oiseau blessé 
Qui a brisé ses ailes.
Je voudrais m´arrêter 
Et éteindre le ciel;
Je voudrais m´allonger 
Et tuer le soleil (…) »

Au clair de tes silences

A ma Fille : Charles Aznavour

2 Déc

Aznavour

« (…) Je sais qu’un jour viendra, car la vie le commande,
Ce jour que j’appréhende où tu nous quitteras.
Je sais qu’un jour viendra où triste et solitaire,
En soutenant ta mère et en traînant mes pas,
Je rentrerai chez nous dans un « chez nous » désert,
Je rentrerai chez nous où tu ne seras pas.

Toi tu ne verras rien des choses de mon cœur,
Tes yeux seront crevés de joie et de bonheur,
Et j’aurai un rictus que tu ne connais pas,
Qui semble être un sourire ému mais ne l’est pas.
En taisant ma douleur à ton bras fièrement,
Je guiderai tes pas quoique j’en pense ou dise
Dans le recueillement d’une paisible église
Pour aller te donner à l’homme de ton choix,
Qui te dévêtira du nom qui est le nôtre
Pour t’en donner un autre que je ne connais pas.

(…)

Et lui qui ne sait rien du mal qu’on s’est donné,
Lui qui n’aura rien fait pour mûrir tes années,
Lui qui viendra voler ce dont j’ai le plus peur,
Notre part de passé, notre part de bonheur,
Cet étranger sans nom, sans visage,
Oh! combien je le hais,
Et pourtant s’il doit te rendre heureuse,
Je n’aurai envers lui nulle pensée haineuse,
Mais je lui offrirai mon cœur avec ta main.
Je ferai tout cela en sachant que tu l’aimes,
Simplement car je t’aime,
Le jour, où il viendra. (…) »

A ma fille

Vous les Femmes : Julio Iglesias

25 Nov

Vous les femmes

« (…) Vous les femmes, vous le charme,
Vos sourires nous attirent, nous désarment.
Vous les anges, adorables
Et nous sommes nous les hommes pauvres diables.

Avec des milliers de roses on vous entoure,
On vous aime et sans le dire on vous le prouve.
On se croit très forts on pense vous connaître,
On vous dit toujours, vous répondez peut-être

Vous les femmes, vous mon drame,
Vous si douces, vous la source de nos larmes.
Pauvres diables, que nous sommes
Vulnérables, misérables, nous les hommes.

Dès qu’un autre vous sourit on a tendance,
A jouer plus ou moins bien l’indifférence,
On fait tout pour se calmer puis on éclate,
On est fous de jalousie et ça vous flatte (…) »

Julio Iglesias

Avant de nous Dire Adieu : Jeane Manson

18 Nov

 

Jeane Manson

« (…) Je peux tout te pardonner
Et faire semblant d’oublier.
Je veux bien fermer les yeux
Et faire tout ce que tu veux.
Je veux bien te partager
Et ne veux te supplier,
Mais reste encore.
Je me ferai si petite
Que tu ne me verras pas
Et je me ferai si tendre
Que demain tu m’aimeras.
Je serai toute d’amour
Et je serai toute à toi,
Mais reste encore.

Faisons l’amour avant de nous dire adieu.
Faisons l’amour puisque c’est fini nous deux.
Faisons l’amour comme si c’était la première fois,
Encore une fois toi et moi puisque l’amour s’en va (…) »

Avant de nous dire adieu

%d blogueurs aiment cette page :