Ne le dis pas à Maman

1 Jan

Ne le dis pas à maman

19/20

Saisissant

Écrivain de langue anglaise, Toni Maguire raconte, à travers Ne le dis pas à Maman, les tourments de son passé avec force, détermination et naturel.

Le titre du livre est évocateur ; la photographie de la première de couverture bouleversante ; le résumé de la quatrième explicite « J’avais confiance en l’amour de ma mère. Elle lui dirait d’arrêter. Elle n’en fit rien ». A partir de ces trois points, l’envie de connaître l’histoire de cette fillette devenue adulte après une enfance torturée se fait ressentir ; non par voyeurisme malsain, mais pour essayer de comprendre le cheminement d’un tel cauchemar. Si l’écriture l’a aidé à vaincre ses démons, la partager relève d’un courageux don de soi, permettant à tout un chacun de ne pas fermer les yeux sur de semblables abominations ; horreurs passées ou actuelles. Véritable claque, ce témoignage romancé ne laisse en aucun cas le lecteur indemne ; pendant et après la lecture. Chaque page, chapitre, dévoile des atrocités allant bien au delà de l’inceste. A la violence physique s’ajoutent la torture mentale, les blessures corporelles, les appels au secours silencieux, le manque affectif, la désillusion, les espoirs déchus, le rejet, la culpabilité, la solitude, la souffrance, la dépression, les conflits familiaux, la trahison, l’amour à sens unique, aveugle, destructeur ; un véritable tourbillon infernal, retranscrit dans une écriture simple facilitant la progression. L’immersion est telle qu’il en devient presque douloureux de découvrir les épreuves subies par la petite Antoinette. Révolte, incompréhension et compassion s’emmêlent, face à l’impuissance. Les larmes montent. Les descriptions d’une authenticité saisissante participent à accentuer le tragique de la situation. Scènes, sentiments, personnages sont effectivement transcrits à travers les souvenirs d’une femme laissant s’exprimer son moi d’enfant.

Loin d’être une œuvre littéraire au sens propre du terme, Ne le dis pas à Maman ressemble davantage à un cri de délivrance lancé au monde entier.

***

Poignant, tout simplement.

***

Toni Maguire

Site :

https://www.facebook.com/toni.maguire.page

Publicités

16 Réponses to “Ne le dis pas à Maman”

  1. Kimysmile janvier 2, 2014 à 10:13 #

    Bouh, ça ne doit pas laisser indifférent !

  2. naly janvier 2, 2014 à 10:22 #

    Ouh la la, que çà a l’air triste et bouleversante ta critique, je connais pas, mais, rien que de te lire, çà donne du chagrin, et la souffrance qui s’en délivre!!!! Et dire, que des gens sans scrupules font du mal à des enfants innocents, Grave très grave cette histoire!! Et j’espère que ce calvaire ne se reproduise plus, il faut prier pour que ces gens arrêtent de faire çà!! Rien que de voir la couverture du livre, on devine!!!!!!!!!!

    • loralorapa janvier 2, 2014 à 11:01 #

      Effectivement, le photographe s’est surpassé pour le coup. Elle donnerait presque envie de pleurer la couverture…

  3. filamots janvier 20, 2014 à 11:07 #

    Bonne semaine Laura,
    J’ai lu le livre, en le fermant et en continuant. Une écriture forte, qui m’a bouleversée, car l’auteur parle de son vécu, du sien, chacun(e) y étant passé(e) pouvant en témoigner de manière si personnelle. J’ai dû à un moment donné le fermer, car l’auteur me rappelai trop de choses vécues personnellement, mais que cet écrit décrivait encore d’une autre vie, d’un autre vécu totalement insupportable. Et pourtant merveilleuse survivante de ce passé. Le déni total de la mère et abordé dans un groupe de paroles près de Bordeaux, et qui existe pour les personnes qui souhaitent parler de l’inceste est édifiant quant à la prise de position des proches. Tu décris très bien tous les sentiments humains de cette petite fille, sentiments dont je puis témoigner, car expliqués dans ce livre, ils sont d’une telle réalité, qu’ils m’ont fait boum dans l’estomac. A ce jour je n’ai pas pu terminer le livre, alors que je pensais cette histoire personnelle bien terminée.
    Ce qui prouve par là que quel que soit le chemin, les blessures peuvent s’estomper, nous pouvons rebondir et ne plus être victime. Le souvenir reste et laisse son empreinte qui ne s’efface pas, malgré l’érosion du temps.
    Bisous
    Geneviève

    • loralorapa janvier 20, 2014 à 8:22 #

      Merci pour ce partage. Tu le finiras quand tu t’en sentiras capable, tôt ou tard, ou peut être jamais même, mais qu’importe, l’important c’est le message que l’auteur véhicule… De toute manière, le terminer serait même folie, si les mots te font mal; mais en même temps, le finir pourrait te soulager, faire évacuer la tristesse qui semble te ronger…
      En tout cas je te remercie encore pour ta générosité.
      Des bisous

      • filamots janvier 21, 2014 à 8:59 #

        Bonne journée Laura, la tristesse si tu en ressens une provient du présent.
        Bisous
        G.

AU FIL DES COMMENTAIRES

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :